Publicités

Quelques mots sur l'Astrologie Psychanalytique

Rothko Seagrams Mural
Rothko Seagram's Mural

De quoi s’agit- il ? D’une énième supercherie “new age” visant à confondre rentabilité et utilité ?
Deux disciplines qui ne répondent pas à la méthode dite “scientifique” et qui se fréquentent, mais dans quel but ?

Je me propose de vous éclairer.
Tout d’abord le nom n’est pas une invention de ma petite personne, mais provient de Philippe Granger (1942-1992), psychologue clinicien, psychanalyste, professeur à l’université de Nanterre, et qui tint deux séminaires consacrés à sa vision de l’astrologie psychanalytique. Deux ouvrages parus aux éditions du Rocher retracent ce travail. Liz Greene, mais aussi dans une certaine mesure André Barbault (1921-2019) avec sa tentative de rapprochement des théories de Freud et du savoir astrologique (“De la psychanalyse à l’astrologie” Seuil 1961), en passant par Dane Rudhyar (1895-1985) et son ouvrage “Approches astrologiques des complexes psychologiques” (Medicis, 2007), nombres d’auteurs, avec plus ou moins de succès, ont flirté avec la psychanalyse et bien sûr l’astropsychologie.
Mais loin de moi l’ambition de vous dresser une liste exhaustive et rébarbative d’auteurs et d’ouvrages sur le sujet.
Mon propos est de justifier l’apposition des termes astrologie traditionnelle et psychanalytique, comme énoncés sous le nom du cabinet Astro Duodecim.
Il y a quasiment une décennie, cela est devenu pour moi une évidence qu’il existait une réelle plus value dans l’utilisation de l’astrologie en complément de la cure analytique. Je l’ai d’abord expérimenté sur ma propre personne en recoupant mes conclusions astrologiques à celles d’une analyse de 15 années. Il n’y a pas de psychanalyste ni de psychanalysant sans analyse réalisée sur soi. Les morts successives de l’analysé sont venues ouvrir la perception de la Trilogie terrifiante VI-VIII-XII, bien connue des astrologues. Sans remettre en cause le bien fondé de l’astrologie karmique et sa dimension spirituelle, ni balayer d’un revers de manche la Tradition et sa part ésotérique et mystique, il m’est toujours apparu plus satisfaisant d’explorer la Lune Noire, les Nœuds, les Parts (dans une certaine mesure), les maisons dites “occultes” et les deux maléfiques (termes au combien mal compris, car surannés) par la face cachée de la psyché humaine ; l’inconscient, et les disciplines qui s’y rapportent : la psychologie et la psychanalyse.
Que l’on soit disposé ou non à le reconnaître, c’est la souffrance qui pousse le consultant à consulter l’astrologue. Derrière toute demande, toute question, une autre se cache, puis une deuxième, une troisième et ainsi de suite. Quiconque exerce au quotidien la consultation astrologique, le sait très bien : l’écoute du consultant est consubstantielle de la praxis de celui qui maîtrise son art. A quoi bon posséder des outils performants de décryptage et de diagnostic, si nous n’en faisons rien ? , si ce n’est pour déclarer :” voilà ce qui est et débrouillez vous avec ça !”.

Tous les consultants ne sont pas intéressés, n’y même concernés par l’aspect psychanalytique de la discipline, mais pour celles et ceux qui ressentent fortement le besoin de faire “travailler leur planète” dans un accompagnement perspicace, il y a l’astropsychologie, sa consultation dédiée, et par delà son logique prolongement, l’astrologie psychanalytique.
Ce petit article n’est pas une démonstration, celle-ci est disponible en quelques clics sur le net et ses méandres, et pour ce qui est de mes propres conclusions, un ouvrage à paraître prochainement satisfera les plus exigeants d’entre vous.
A suivre.

En attendant pour celles et ceux qui souhaitent en savoir plus sur mon approche psychanalytique et qui ressentent l’intérêt pour une analyse
vous pouvez m’écrire et prendre contact ici

R.Y. Tisserand

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *